Un pur moment d'éblouissement des sens

     
     
 

La musique andalouse a retenti très fort, vendredi soir, à la salle El-Mougar d'Alger, lors d'un concert animé par Beihdja Rahal, diva de cette musique séculaire en Algérie et à l'étranger.

Dans une ambiance des plus originales, l'interprète a fait plonger le nombreux public dans un moment de méditation suivant attentivement les mouvements de ces noubas. Élégante sur scène, Beihdja Rahal a envoûté, durant presque deux heures, son public mélomane, en lui interprétant deux noubas en mode zidan, avant de conclure avec des mdjenbas, hwaza et aroubia.

En compagnie d'un orchestre méthodique, synchronisé jusqu'au bout, le concert a offert une musique de qualité en présence, notamment, de très bons musiciens au violon, mandoline, luth, kouitra, qanun, ainsi que deux percussionnistes au tar et à la derbouka, l'artiste a manié avec virtuosité son luth, tout en faisant sensation avec sa voix cristalline et mélodieuse, avec une interprétation des plus fidèles ; pierre angulaire dans la musique andalouse.

Ayant fait escale à Alger, sa ville natale, après avoir assuré l'ouverture d'un festival de musique andalouse à Béjaïa, Beihdja Rahal a déclaré, à l'issue du concert, que le public a toujours été sa force et sa foi tout au long de sa carrière musicale.

«Je remercie du fond du cur tous ceux qui sont venus assister à mon concert. Je sais que j'ai un public fidèle, et cela me réjouit et m'oblige à continuer mes recherches musicales et l'enregistrement des noubas, à me donner corps et âme pour chaque concert. C'est pour mon public que j'existe», a-t-elle fait savoir.

Établie en Algérie et en France, l'artiste estime vouloir créer un événement-concert lors de son passage dans une ville. «Je suis pour une tournée de l'artiste, je ne parle pas au nom des artistes qui font plusieurs événements dans la même ville, mais je préfère faire un seul concert pour la ville d'Alger pour créer un événement et revoir le public fidèle qui se déplace pour la valeur de l'artiste», a-t-elle indiqué.

Musicienne, interprète soliste de la musique arabo-andalouse depuis 1982, Beihdja Rahal est l'une des artistes les plus performantes en Algérie. Après avoir commencé sa formation artistique, en 1974, au conservatoire d'Alger, sous l'enseignement de Mohamed Khaznadji, Abderrezak Fakhardji et Zoubir Karkachi, Beihdja Rahal fait ses premiers pas au début des années 1980, en tant que musicienne et interprète au sein de l'association El-Fakhardjia. Elle devient également membre fondateur, interprète soliste et professeur de musique andalouse au sein de l'orchestre Essoundoussia.

Elle achève l'enregistrement des douze noubas existant dans la musique sanaâ (école d'Alger de la musique arabo-andalouse), projet entamé en 1995, et pour lequel elle obtient le prix Mafoud-Boucebci pour ses travaux de recherche et de sauvegarde du patrimoine musical andalou.

 

Kader Bentounès
"EL MOUDJAHID" dimanche 12 juillet 2015