Ovation pour Beihdja Rahal
     
     
 

A la veille d'une tournée qui doit l'amener à donner des récitals dans de nombreuses villes à l'intérieur du pays, Beihdja Rahal s'est produite jeudi dernier au soir sur la scène de la salle El Mouggar. Un public généreux était au rendez-vous.

Ce public nombreux a écouté religieusement cette voix d'or du chant andalou. C'était l'ambiance respectueuse d'un grand concert de musique classique. Nombreuses étaient les personnes venues longtemps à l'avance, occupant sagement et patiemment les sièges, attendant le début du concert. C'est Nadjia, l'animatrice bien connue du petit écran qui a présenté l'artiste et son orchestre, invités sous l'égide de l'Office national de l'information et de la culture.

Beihdja Rahal a fait son entrée sous les applaudissements d'un public conquis à sa voix mélodieuse et juste. Beihdja Rahal était vêtue d'un costume traditionnel composé d'un gilet de velours pourpre, brodé dans le style pur algérien et un pantalon ample aux couleurs claires et tendres.

Son orchestre dont les huit musiciens portaient un costume classique de ville avec le nud papillon était un modèle d'accompagnement musical. Il s'agit de professionnels qui maîtrisent hautement leur instrument, que ce soit le violon, la qanoun, la snitra, le luth, la derbouka ou le tar. Ils ont fait preuve de virtuosité, tour à tour dans des passages en soliste qui ont été chaudement acclamés par des mélomanes qui goûtent la musique raffinée.

Beihdja Rahal a interprété les pièces musicales qui figurent dans le dix-huitième album qu'elle vient d'enregistrer. Cet album mis en vente dans le hall du Mouggar au prix de deux cents dinars s'est vite envolé. « Votre accueil généreux et votre fidélité m'encourage à produire davantage », a lancé Beihdja Rahal à son public. Sa voix aux registres infinis et d'un raffinement rare est sublime.

Zyriab, le créateur du chant andalou, s'il pouvait l'entendre, par delà les quinze siècles qui nous séparent de son ère, serait le plus heureux des compositeurs. Il pâmerait d'orgueil et de fierté devant la valeur artistique que lui apporte cette voix d'or de Behidja Rahal. « C'est notre nouveau monument du chant andalou », s'est exprimé un spectateur. « C'est notre diva ! », se sont exclamés Rédha Amrani, conseiller économique et son épouse, Mme Ourida Amrani, professeur à l'université d'Alger.

« Wonderful ! » ont déclaré spontanément sous le charme de la voix de Beihdja Rahal deux Américaines qui visitent notre pays et qui ont assisté au concert au premier rang, Mme Faye Girsh et Mme Nancy Appleton de Californie. « En écoutant cette voix débordante de poésie, cela me donne la volonté d'apprendre la langue arabe », déclare avec enthousiasme Mme Faye Girsh.

 

Kamel Chériti
"HORIZONS" samedi 21 février 2009