Dans les bacs, Nouba Sika  
     
     
 

Dernière ligne droite. Avec la Nouba Sika, fraichement sortie chez Soli Music. La cantatrice de musique andalouse, Beihdja Rahal signe le 11è d'une série de 12 enregistrements, entrepris dans une démarche de perpétuation et de sauvegarde du patrimoine classique andalou. La chanteuse à la voix cristalline, à un pas de boucler la boucle, se dit aujourd'hui heureuse d'avoir « concrétisé le plus gros du projet ». « Ce n'est plus au stade de rêve, soupire-t-elle.

Mais ma tache n'est pas finie pour autant : je continuerais dans le classique en faisant autre chose à côté. » Comme, par exemple, côtoyer d'autres genres musicaux. La chanteuse a déjà mené, cet été, une expérience de fusion à Amiens où elle s'est produite avec un orchestre de musique classique européen. « Ma rencontre entre les deux musiques classiques, européenne et andalouse a été très enrichissante », constate-t-elle.

Le nouvel opus de Beihdja Rahal, la Nouba Sika, recèle, pour sa part, beaucoup de particularités : « Il n'y a pas de morceaux inédits, mais des morceaux très peu interprétés, à l'instar de l'Insiraf ma taftaker ya ghazali, l'Inqilab ala fas'qini, le Mceddar madha nahit, le Btaïhi ya sahib el wajh el jamilů », Explique la chanteuse Beihdja Rahal qui n'a pu faire la promotion de la 10è nouba, Raml El Maya, sortie en avril dernier, à cause de la guerre en Irak et de la série de catastrophe qui a frappé le pays, promet de retrouver son public au mois de Ramadhan prochain.

En attendant, la cantatrice entame une tournée européenne qui la mènera, entre autres, en France (14 septembre dans les Hautes-Pyrénées, 22 octobre à la Sainte Chapelle) et aux Pays Bas (27 septembre à Amsterdam). La 12è nouba, M'djenba, sortira vers la fin de l'année ou au début 2004, si tout va bien.

 

D. B.
"LIBERTE" jeudi 28 août 2003